Graduation Ceremony for the Students of LFNY and FASNY

June 23, 2015 | By French Culture

On June 19th, 2015, the Cultural Services of the French Embassy welcomed students from the Lycée Français de New York and from the French-American School of New York who received the Mention Très Bien distinction on the Baccalauréat exam. Cultural Counselor Bénédicte de Montlaur congratulated the students for their great success.


Bonsoir à tous,

Je suis très émue de vous recevoir, déjà parce que c’est une première pour moi, dans la mesure où je suis arrivée très récemment ici, aux Services Culturels de l’Ambassade, mais aussi parce que c’est un moment très touchant pour vous tous. Je pense qu’ici, tous les gens un peu plus vieux que les bacheliers se retrouvent transportés quelques années en arrière, et nous partageons donc votre émotion avec vous. Je suis aussi émue parce que j’ai un frère en France qui passe aussi le bac, mais qui n’a pas la chance, comme vous, d’avoir fini, donc je me mets aussi à sa place.

Ce soir, je suis très honorée d’accueillir autant de jeunes gens brillants, ainsi que leurs parents et professeurs, aux Services Culturels. Je tiens aussi à saluer Pascal Le Coz, à deux titres. D’une part, c’est lui qui a eu la bonne idée, avec la Banque Transatlantique, d’organiser cette réception depuis quatre ans. Je pense que c’est une très bonne idée que la Banque Transatlantique se place de cette manière dans sa tradition d’excellence. D’autre part, parce que je viens d’apprendre qu’il est l’heureux père de quelqu’un qui a aussi eu la mention Très Bien. Son fils a dû se sentir obligé d’obtenir cette mention en sachant que son père organisait la réception : un peu de pression ne fait jamais de mal ! Je voulais saluer aussi M. L’Hotellier, proviseur adjoint du Lycée Français de New-York, ainsi que M. Rosenblum, de la FASNY.

Chers bacheliers, scientifiques et littéraires, je tiens à vous féliciter chaleureusement pour vos résultats au diplôme du baccalauréat. Cette mention Très Bien, pour vous, est à la fois une récompense et un message que vous ne devez pas oublier pour la suite de votre vie. Elle récompense bien sûr un parcours d’excellence et, j’imagine, tous vos efforts acharnés au cours des dernières années ainsi que votre ambition et votre enthousiasme. Elle vient aussi récompenser vos parents, qui je n’en doute pas vous ont accompagnés toutes ces années, et vos professeurs, et vos proviseurs. Mais je voulais aussi vous dire que si cette mention Très Bien est bien sûr un motif de gloire, c’est également quelque chose qui vous oblige, et qu’il ne faudra pas oublier dans les années à venir. Elle vous oblige à croire en vos rêves.

J’imagine que beaucoup d’entre vous n’imaginaient pas avoir la mention Très Bien, et qu’aujourd’hui ils ont envie de marcher dans la rue en sautillant. Je pense qu’il va falloir vous souvenir très longtemps de ce sentiment, surtout quand vous traverserez, et cela arrivera souvent, des moments difficiles, ou des moments où vous direz que finalement vous vous êtes engagés dans une voie trop compliquée. Dans ces moments-là, rappelez-vous de ce jour, de ce beau bâtiment, de ce beau soleil de Central Park, et dites-vous que tout est possible, à condition de vraiment essayer.  J’espère vraiment le souvenir de ce jour sera pour vous la preuve qu’il faut vous accrocher à vos rêves, et toujours viser le meilleur. Vous êtes arrivés à un carrefour important de votre vie. Le bac, on ne le passe qu’une fois. C’est vraiment un tournant, et chaque année on se rappelle combien d’années ont passé depuis ce moment.  

J’aimerais évidemment mentionner une figure, puisque nous sommes à New-York, et spécialement cette année : celle du marquis de Lafayette. Il avait quasiment votre âge, à peine plus vieux : il avait dix-neuf ans à l’époque où il s’est engagé dans cette aventure complètement folle de partir vers les Etats-Unis. Comme vous le savez très certainement, l’Hermione arrive le 1er juillet à New York. Je vous encourage vivement à aller voir ce bateau, parce que là aussi, c’est un symbole de ce que la jeunesse peut faire, quand elle croit en son action. Et Lafayette y a cru. Il était comme vous, bilingue. C’est grâce à cela aussi qu’il a pu entraîner tous ces français pour venir sauver avec lui la révolution américaine.

Nous sommes aujourd’hui dans une Ambassade de France, et je veux insister sur le fait que vous avez eu la chance de recevoir une éducation française. J’espère là aussi que vous vous en souviendrez pour longtemps, et que vous continuerez à être des ambassadeurs de notre pays. Je suis-moi-même diplomate, donc évidemment, c’est mon métier de défendre la France et ses intérêts au quotidien. Mais j’espère que chacun d’entre vous trouverez votre manière pour propager tout autour du monde ce que vous avez appris tout au long de vos années dans le Lycée Français, toutes ces valeurs de la République, cette éducation, cette belle langue, cette grande histoire qu’on vous a inculqué au cours des dernières années. Beaucoup d’entre vous vont, j’imagine, rejoindre un établissement américain, et donc ce rôle de porte-étendard de la France n’en sera que décuplé.  

Plus largement que la culture française, c’est la culture francophone que nous devons promouvoir. Non pas par orgueil, parce que nous sommes français, mais parce que nous avons la mission de ne pas laisser le monde s’uniformiser. Je pense que ce n’est pas une bonne chose que tout le monde lise les mêmes livres, regarde les mêmes films. Au contraire, nous devons tout faire pour garder la diversité culturelle, avoir des livres et des films qui viennent d’Afrique, qui viennent d’Asie. Ici, c’est vraiment une de nos missions car nous pensons que l’intelligence et la créativité naissent de la diversité. Je vous invite donc à voyager, à ne pas faire qu’étudier, à partir et aller à la rencontre de la nouveauté et de l’inconnu. C’est ce que dit Joseph Conrad dans son livre, Heart of Darkness : « Mais quand on est jeune il faut voir des choses, amasser de l'expérience, des idées, s'ouvrir l'esprit ». Donc surtout, même si vous êtes dans la plus belle ville du monde, voyagez, profitez des prochaines années pour découvrir le monde. Après, quand vous serez dans votre vie professionnelle, vous voyagerez aussi, mais dans des conditions beaucoup moins agréables. Donc je vous encourage à le faire dès maintenant.

Vous pouvez commencer ici votre voyage intellectuel, aux Services Culturels. J’espère que tous, vous connaissez la librairie Albertine, et si ce n’est pas le cas, je vous invite à y faire un tour. Vous verrez que sur les deux étages, nous avons non seulement Proust ou Balzac, bien sûr, mais aussi tous ces auteurs de la diversité culturelle francophone dont nous parlions tout à l’heure, comme Abdellah Taïa qui est marocain, encore Fatou Diome. Nous nous efforçons vraiment de promouvoir cette diversité. Dans le cadre du festival Films on the Green, que j’espère que vous suivez tout l’été, nous avons ainsi projeté le film de Nadine Labaki, Caramel.

Vous avez donc, avec nous, la responsabilité protéger et diffuser l’art et la culture francophones dans leur diversité. Vous avez une longueur d’avance sur beaucoup d’autres futurs bacheliers qui passent en ce moment ce même diplôme, parce que vous êtes bilingues. C’est vraiment une chance extraordinaire qui vous ouvre les portes du monde entier. Il faut aussi reconnaitre le mérite très important de vos deux lycées à New-York qui ont vraiment voulu inculquer à tous les enfants qui rentrent dans ces établissements cette culture bilingue. Elle vous permet à la fois d’être familiers avec deux pays, les Etats-Unis, et la France, mais aussi plus largement d’être des citoyens du monde. Vous avez beaucoup de chance : vous avez une mention Très Bien, et de surcroît, vous êtes bilingues. Gardez à l’esprit que vous avez le pouvoir de faire changer les choses et que surtout vous devez croire en vos rêves. Ne faites pas des études parce qu’on vous dit que ce sont celles-là qu’il faut faire. Faites les études que vous voulez faire.

Pour finir, je ne peux que citer les mots bien connus de René Char : « Impose ta chance, sers ton bonheur, et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront ».

Comments are moderated and generally will be posted if they are on-topic and not abusive.
Sign in or register to post comments.