• Events
SEE ALL
Dec 1
Talk
In the Company of Men ONLINE EVENT Columbia University
Dec 1
Talk
In the Company of Men ONLINE EVENT Columbia University

Cara Cusumano - Directrice du TriBeca Film Festival

Créé après le traumatisme du 11 septembre 2001, pour soutenir une communauté durement éprouvée, le Tribeca Film Festival a, pour la première fois de son histoire, dû être reporté. Cara Cusumano, la Directrice et Vice-Présidente de la programmation du Festival, revient sur We Are One: Global Film Festival, une initiative historique visant à unir les festivals et cinéphiles du monde entier, en cette période de crise globale.

Cette année, pour la première fois en presque 20 ans, vous avez dû reporter le festival qui devait se tenir en avril. Comment avez-vous traversé cette période ?

Ça a été terrible lorsqu’on s’est rendu compte, mi-mars, que le festival ne pourrait pas avoir lieu comme prévu et qu’il a fallu l’annoncer aux cinéastes dont on avait tant hâte de présenter les œuvres. Le festival a été fondé après le 11 septembre ; nous savions donc que c’est dans ces périodes de crise que la société a le plus besoin de films et de conteurs d’histoires qui nous rassemblent. On a tout de suite commencé à réfléchir à ce qu’on pourrait proposer dans un monde où les rassemblements de personnes sont impossibles. Nous avons toujours été un festival tourné vers l’innovation et la technologie, c’est pourquoi traduire plusieurs de nos programmes phares - dont Cinema 360, Tribeca N.O.W. (New Online Work) - et nos conférences en version virtuelle était pour nous une évolution évidente et naturelle. Une fois cette continuité avec notre programmation habituelle assurée, nous avons commencé à réfléchir à ce que nous pouvions faire de nouveau, quelle réponse forte à la situation nous pouvions apporter, et c’est à ce moment qu’est né We Are One: Global Film Festival.

Après deux mois de confinement et d’initiatives en ligne à travers le monde, quels enseignements tirez-vous pour les festivals, notamment dans leurs relations avec le public et les professionnels ?

Je crois que les innovations virtuelles vont perdurer. Je ne sais pas si elles vont remplacer entièrement l’expérience des festivals physiques et si c’est souhaitable, mais l’apport de ces évènements et marchés virtuels pour l’industrie et le public est tel en termes d’accessibilité et d’impact que cela va continuer même une fois que nous pourrons nous rassembler à nouveau physiquement. Tous les films et tous les cinéastes ont des besoins différents, et avoir à sa disposition ces opportunités virtuelles pour aller de l’avant ne peut qu’être bénéfique pour élargir le spectre des options dont disposent les créateurs indépendants.

Vous avez donc lancé sur Youtube We are One: A Global Film Festival avec le concours des festivals internationaux les plus importants, avec plus de 100 films et de nombreuses premières internationales. Quels sont les objectifs de cet événement et quels sont ses liens avec le circuit professionnel ?

We Are One est né avec les mêmes objectifs que n’importe quel autre festival : rassembler les gens autour de films et d’artistes incroyables. Dans cette période où l’on se sent tous très loin les uns des autres, on voulait que ce festival permette de tisser des liens entre les différents publics et avec la communauté internationale, qui traversent cette crise ensemble. De plus, il a pour la première fois associé les festivals du monde entier derrière une initiative et un but communs, en nous rappelant à quel point nous sommes liés et combien le cinéma est important en de telles circonstances.

Tribeca n’est pas qu’un festival de films, c’est aussi un festival ouvert aux dernières innovations venues du monde de la télévision, de la réalité virtuelle et du jeu vidéo. Quelle vision avez-vous pour l’avenir de l’industrie du divertissement dans ce contexte ?

À Tribeca, nous sommes fiers d’être ouverts à tous les supports. Les grandes histoires peuvent être faites et appréciées sur grand écran, sur petit écran, et tout ce qu’il y a entre les deux. D’ailleurs, beaucoup de ces distinctions s’effondrent puisque les créateurs produisent de plus en plus d’œuvres interdisciplinaires et inclassables. Nous avons la certitude que ces innovations ne peuvent que produire des choses incroyables et nous voulons créer un espace au sein du festival pour présenter aux artistes et au public des œuvres nouvelles, qui repoussent les frontières des genres. Comme nous l’ont prouvé ces derniers mois, on ne peut jamais savoir de quoi l’avenir sera fait, mais les artistes trouveront toujours des façons de dialoguer avec le monde et les spectateurs. En tant que festival, c’est le travail de Tribeca de s’assurer que ces nouvelles voix et formes d’expression aient toujours un espace pour être présentées au public.

Propos recueillis par Valérie Mouroux, attachée audiovisuelle, Directrice du Département Cinéma, TV et Nouveaux Médias (New York)
Twitter : @VMouroux


Cara Cusumano est la Directrice et Vice-Présidente de la programmation du Tribeca Film Festival et du Tribeca TV Festival. Entrée à Tribeca en 2008, elle a notamment supervisé le lancement du Tribeca X Award qui reconnaît l’excellence dans la narration de marque à l’intersection de la publicité et du divertissement (2016), du festival indépendant Tribeca TV Festival (2017) et, en 2019, de la première Critics Week en Amérique du Nord. Auparavant, Cara Cusumano a été programmatrice du Hamptons International Film Festival et a collaboré avec de nombreuses institutions et festivals  : Abu Dhabi Film Festival, Brooklyn International Film Festival, IFP, POV, Chicken & Egg et Sundance. Elle a participé à plusieurs jurys de festival, comme CPH:DOX, Los Cabos Film Festival, DOC NYC, Nordisk Panorama, Bogota Audiovisual Market (BAM) et Nantucket Film Festival. En 2016, elle réalise un court métrage documentaire, The Bloop, sélectionné dans une douzaine de festivals internationaux et remporte le prix du public du Festival du Film de la Nouvelle-Orléans. Elle est membre du comité de nomination des Gotham Awards, des Cinema Eyes Honors et des International Documentary Association Awards.  Cara Cusumano est diplômée du Barnard College de l’Université de Columbia et de la Tisch School of the Arts de l’Université de New York.

MORE IN WHAT'S NEXT